PLANTATION D’UN ARBRE

10 mai 2014 § Poster un commentaire

Matériel : houe, bêche, pelle, pioche, bâche pour récupérer facilement la terre, tuteur (une fois en place, a la même hauteur que le tronc), scie pour ajuster le
plus bas que le niveau du sol.
tuteur, masse, fumier mûr.
Époque : novembre de préférence, jusqu’en mars. Éviter les temps de gel ou neige.
Si l’on doit planter au moment du départ de végétation, vers mars, tremper les racines dans la boue et la bouse de vache (favorise les mycorhyzes).
Si l’on doit transplanter en pleine végétation, penser à enlever des feuilles pour diminuer l’évaporation et le besoin d’eau.


1. En terrain humide, planter sur butte ; en terrain sec, planter
2. Présenter l’arbre debout et marquer le sol à la bêche autour des racines.
3. Découper l’herbe à la houe suivant cette trace, elle servira à la fin.
4. Enlever la couche de terre végétale et la réserver sur la bâche.
5. Bêcher la couche de sous-sol, sans la mélanger à la terre végétale.
6. Présenter l’arbre : le collet (fin des racines – début du tronc) doit être légèrement au dessus du niveau du sol (la terre descendra) ; on contrôle en couchant un manche en travers du trou.
7. Griffer les côtés à la pioche, pour faciliter le développement des racines traçantes.
8. Contre les mulots, tapisser le trou d’une cage en grillage à clapier, ou (à l’étape 13) placer des cailloux juste sous l’arbre et autour des racines principales, ou du cuir (serait répulsif).
9. Enfoncer le tuteur de 15 cm dans le fond du trou, placé entre les vents dominants et l’arbre ; pour épargner les racines qui seraient en motte, on place le tuteur en diagonale, tête vers les vents dominants.
10. Placer un fumier ou compost mûr au fond du trou, et un dôme de bonne terre par-dessus.
11. Rafraîchir les racines : en enlever le moins possible, mais couper proprement toutes les extrémités abîmées par l’arrachage ; le pralinage (enduire les racines de boue et de bouse de vache) n’est utile qu’aux plantations de printemps, lorsque la sève redémarre très bientôt.
12. Raccourcir les branches (= taille à la plantation): il s’agit d’enlever un peu de bois, dans les mêmes proportions que les racines, de façon à ce que les organes reçoivent tous assez de sève pour bien fonctionner ; en général on diminue d’un tiers la longueur des branches.
13. Planter l’arbre avec la plus forte racine vers les vents non dominants (effet équerre), et/ou selon la même orientation Nord/Sud, comme il était en pépinière (double aspect : ensoleillement voire même influence du magnétisme terrestre)
14. Recouvrir les racines de bonne terre émiettée, puis d’humus, en agitant l’arbre de bas en haut pour que la terre glisse dessous ; ne tasser ni du pied ni de la main ; former une cuvette en prévision des arrosages, avec les mottes d’herbe retournées
15. Contre le gibier, placer une protection autour du tronc ; la décoller du sol afin que les oiseaux qui y tomberaient puissent ressortir par le bas
16. Protéger le tronc de la lumière (protection gibier, badigeon chaux + lait, toile de jute…)
17. Tuteurer avec un bas de femme ou tout autre lien respirant ; éliminer ou amortir les frottements du tronc sur le tuteur
18. Arroser pour tasser la terre, si l’on plante au printemps
NB : pour les espèces à noyaux, on effectue en plus une taille de formation dès la plantation.

Publicités

Tagué :,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement PLANTATION D’UN ARBRE à Verger de la Garonelle.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :